Médias
22 mars 2017

Journée mondiale de l’eau 2017 : comment mieux réutiliser les eaux usées ?

Chaque année, le 22 mars, la Journée Mondiale de l’Eau souhaite à la fois attirer l’attention sur l’importance de l’eau et promouvoir la gestion durable de cette ressource essentielle. En 2017, l’ONU a choisi de mettre en lumière le thème des eaux usées et de leur utilisation : comment améliorer la collecte et le traitement des eaux usées ? Comment développer leur réutilisation, afin de mieux protéger nos ressources en eau ? En France, Veolia développe plusieurs procédés pour donner une deuxième vie aux eaux usées ; à travers plusieurs solutions de reuse et de valorisation énergétique et matière, Veolia place la réutilisation des eaux usées au cœur de l’économie circulaire.

 
La STEP d'Epernay-Mardeuil
 
Face à la pénurie des ressources et aux défis climatiques, la question des eaux usées et de leur réutilisation devient incontournable. Aujourd’hui, les eaux usées traitées ne peuvent plus être directement et simplement rejetées dans le milieu naturel, mais doivent être recyclées en une ressource alternative.
 
La Journée Mondiale de l'Eau

Le traitement des eaux usées est au cœur du métier de Veolia qui, en France, gère 1932 installations de collecte et de traitement des eaux usées et dessert en assainissement 13,9 M d’habitants. Mais, au-delà de la collecte et du traitement des eaux usées, les équipes de Veolia, partout sur le territoire, développent des solutions pour réutiliser ces eaux traitées, comme par exemple la Reuse ou encore la valorisation énergétique ou matière. Cette approche, qui prolonge le cycle de vie de l’eau, développe l’économie circulaire et laisse place à de nouveaux usages dans notre quotidien.

Retrouvez ci-dessous quelques exemples des solutions mises en oeuvre par Veolia en France pour donner une deuxième vie aux eaux usées.
 
 

Zone Grand Est

  • Technosables à Epernay-Mardeuil
Les Technosables

La station d’épuration d’Epernay-Mardeuil (51), qui traite les eaux usées de la Communauté de Communes Epernay Pays de Champagne (CCEPC), développe une voie de valorisation des « technosables ». Résidus issus des boues obtenus à partir du procédé d’Oxydation par Voie Humide (OVH), les technosables, avec un gisement annuel de 700 tonnes, sont  ensuite valorisés dans la voirie ou la filière céramique.

En savoir plus

 

  • Energido à Aix-les-Bains
Energido à Aix-les-Bains

Le centre Aqualac d’Aix-les-Bains (71), avec ses cinq bassins dont un bassin olympique extérieur ouvert toute l’année, est chauffé grâce aux calories de la station d’épuration. Mises en contact avec un échangeur thermique situé à l’extérieur du réseau d’assainissement, les eaux usées, via le procédé Energido, transfèrent leur énergie vers un fluide alimentant une pompe à chaleur située dans l’enceinte de l’ouvrage. Celle-ci restitue l’énergie en produisant une eau à température souhaitée qui va ensuite alimenter le réseau de chauffage.

⇒ En savoir plus sur Energido

 
 

Zone Méditerranée

  • Le Golf de Sainte Maxime
Le Golf de Sainte-Maxime

Depuis 10 ans, la ville de Sainte-Maxime (83) utilise les eaux usées traitées pour arroser son Golf. En 2006, l’usine de dépollution gérée par Veolia, d’une capacité de 8 600 m3 par jour, a  été modernisée avec la mise en place d’une unité de traitement complémentaire. Cette unité  combine un filtre à sable pour les matières en suspension et une désinfection par lampes UV, suivie d’une chloration pour le traitement bactériologique. La nouvelle installation traite aujourd’hui 4 000 m3/jour, une eau recyclée destinée à l’arrosage de la ville et du golf, qui, à lui seul nécessite un volume quotidien de 2000 m3 pour ses 65 ha ; l’économie réalisée représente 300 000 m3 par an, soit 12% de la consommation en eau de la ville.

 

  • Energido au Cercle des Nageurs de Marseille

 Comme le centre Aqualac d’Aix-les-Bains (voir ci-dessus), le Cercle des Nageurs de Marseille (13) utilise également le procédé Energido. Dans cette piscine, cette solution permet de maintenir la température à 27 °C toute l’année et de préchauffer les eaux chaudes sanitaires. Grâce à Energido, le CNM a réalisé une économie de 35 % sur sa facture annuelle d’énergie. L’émission de 230 tonnes de CO2 est également évitée chaque année.
 
⇒ En savoir plus sur Energido

 

  • Irri-Alt’Eau : l’irrigation des vignes à Gruissan
Le projet Irrialt'eau à Gruissan

Irri-Alt’Eau est un projet qui vise à irriguer des plants de vigne à partir des eaux usées retraitées. Le principe consiste à acheminer en direct, vers des vignobles, une eau filtrée et épurée émanant d’une station d’épuration voisine. Veolia et ses partenaires expérimentent ce procédé dans la commune de Gruissan (11). Piloté par Veolia, le projet rassemble de nombreux partenaires : la PME Aquadoc, spécialiste des matériels d’irrigation, l’Institut National de Recherche Agronomique (INRA), la Communauté d’Agglomération du Grand Narbonne et la Cave coopérative de Gruissan. Irri-Alt'Eau suscite déjà beaucoup de curiosité de la part de la filière vinicole, qui suit de près l’évolution du vignoble expérimental de Pech Rouge, propriété de l’INRA. Et les analyses réalisées depuis 2014 sont encourageantes : la qualité des baies et du vin n’est pas altérée et les paramètres de suivi physico-chimiques sont en tout point conformes. Reste à faire évoluer la réglementation, car les autorités sont encore très strictes sur les normes en application. 

En savoir plus : 

⇒ Veolia et le Projet Irri-Alt’Eau
⇒ L’irrigation de la vigne par des eaux recyclées (site de l’INRA)
 



La Réunion

  • Station d’épuration du Grand Prado
La STEP du Grand Prado

D’une capacité de 170 000 équivalent habitants, la Station d’épuration (STEP) du Grand Prado collecte et traite les eaux usées des communes de Saint-Denis et de Sainte-Marie et les boues des trois communes de la communauté intercommunale de la CINOR1. La STEP recycle une partie de ses eaux usées et produit également du biogaz.
  • Réutilisation des eaux usées : une partie des eaux traitées sont filtrées une dernière fois par la Reuse. Les eaux ainsi recyclées sont ensuite utilisées pour le nettoyage du Grand Prado : en 2016, 90 000 m3 d’eau de Reuse ont été produits et consommés sur site. Par ailleurs, Veolia mène depuis 3 ans un programme inédit de suivi des impacts environnementaux de l’épandage agricole des boues issues de la STEP sur les écosystèmes cultivés à La Réunion. Les premiers résultats sont prometteurs pour la canne à sucre et montrent que les boues traitées par la STEP seraient bien adaptées au sol et au besoin de cette culture.
     
  • Production de biogaz : la STEP produit également du biogaz issu de la digestion des bactéries, biogaz qui est utilisé de deux manières : d’une part sous forme de chaleur pour chauffer les boues du digesteur, d’autre part à travers la cogénération pour produire de l’électricité, qui est ensuite revendue à EDF. En 2016, 800 000 KWh ont ainsi été produits.

⇒ En savoir plus sur la STEP du Grand Prado

1-Communauté Intercommunale du Nord de la Réunion

______________________________________


Aller plus loin :

La Journée mondiale de l’Eau

► La collecte et le traitement des eaux usées en vidéo :