L'eau : une ressource très locale

L’ eau est une ressource exclusivement locale qui, contrairement à l’électricité, ne se transporte pas facilement, en raison de son poids (1m3 = 1 tonne !) et, son coût de stockage dans les réservoirs est élevé, sans parler du volume occupé… En France, la part des eaux souterraines dans les prélèvements d’eau s’établit à 64,6%, mais ce taux est très variable selon les régions et les usages.

Pourquoi est-ce un service si méconnu?


En France, une petite moitié des usagers de l’eau n’est pas abonnée directement au service qui assure la desserte, mais l’est au travers d’abonnements collectifs. Le ratio moyen national s’établit, sur ces bases, à 2,8 consommateurs par abonné et, parmi les villes de plus de 100.000 habitants, ce ratio est en moyenne de 4 consommateurs par abonné (avec un extrême sur Paris, à 24 consommateurs par abonnement).
 

Pourquoi le service de l’eau a-t-il un prix ?


Ce n’est pas l’eau, en tant que ressource naturelle, qui a un coût, mais le service qui l’entoure, à savoir son prélèvement, son traitement, son acheminement vers chaque utilisateur, puis sa collecte, son retraitement et sa réintroduction dans la nature après usage. Le traitement nécessaire pour la rendre potable, sa distribution, la collecte des eaux usées et la dépollution sont autant d’étapes du cycle de l’eau qui justifient son coût.


 

Un rapport qualité/prix remarquable en France


Le prix moyen des services d’eau des plus grandes villes françaises est 11%1 inférieur à la moyenne des pays européens. Pour ces villes, la France se classe au 4ème rang des services les moins chers, et en 3ème position si l’on exclut l’Italie qui finance partiellement son service d’eau à travers les impôts2. 
 

Une comparaison nationale distinguerait encore plus nettement la France. De plus, la France connaît une stabilité des tarifs, malgré des exigences de qualité qui ne cessent de croître. Les Français bénéficient aussi d’une qualité de service optimale par rapport à la majorité de leurs voisins européens, avec un taux de conformité microbiologique de l’eau au robinet de 99,84%3, là où l’Italie et l’Espagne – les moins chers – sont à la traîne en matière de qualité...
 

ZOOM SUR : 


La loi Brottes n° 2013-312, entrée en vigueur en février 2014. Elle interdit les coupures d’eau dans une résidence principale en cas de facture impayée. L’interdiction de réduction de débit ou “lentillage”, a été confi rmée par la décision de la cour d’appel de Nîmesle 9 février 2017.
La loi Warsmann n°2012-1078, entrée en vigueur en septembre 2012. Elle oblige les opérateurs à informer les particuliersd’une consommation anormale d’eau, au plus tard lors de l’envoi de la facture établie d’après ce relevé. En cas de fuite après compteur, le consommateur bénéfi cie d’un plafonnement qui n’excède pas le double d’une consommation moyenne habituelle calculée sur les 3 dernières années.
 
 

 
 


1 - Source : 11e baromètre NUS Consulting qui compare les prix des services d'eau et d'assainissement constatés dans les 5 plus grandes villes des 10 pays européens suivants : Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni et Suède
2 - Source : Observatoire des services publics d'eau et d'assainissement - étude "panorama des services et de leur performance" en 2014 

3 - Source : rapport de synthèse de la commission européenne sur la qualité de l'eau potable dans l'Union européenne du 20/10/2016