Cyclamed : le contrat de confiance

Veolia gère désormais 90% de la collecte et du traitement des médicaments non utilisés (MNU) en France. Ce contrat, signé pour trois ans avec Cyclamed (éco-organisme agréé par les pouvoirs publics, qui collecte et valorise les MNU), a débuté le 1er février. Le résultat d’une relation constructive basée, depuis vingt ans, sur la qualité de la prestation, l’innovation et l’anticipation des besoins. Entretien croisé entre Bernard Harambillet, Directeur général de l’activité Recyclage et Valorisation des déchets de Veolia en France, et Thierry Moreau-Defarges, Président de Cyclamed.
Thierry Moreau-Defarges, Président de Cyclamed et Bernard Harambillet, Directeur général de l’activité Recyclage et Valorisation des déchets de Veolia en France
Thierry Moreau-Defarges, Président de Cyclamed et Bernard Harambillet, Directeur général de l’activité Recyclage et Valorisation des déchets de Veolia en France

 

Quels étaient les enjeux de l’appel d’offres lancé par Cyclamed ?

TMD : Il était temps de revoir les contrats pour tenir compte des nouvelles contraintes environnementales, juridiques et financières associées au traitement des médicaments non utilisés. Le cahier des charges intégrait plusieurs critères : la possibilité d’extension du contrat en ajoutant des régions ; l’optimisation du bilan carbone de l’organisation, via la réduction des distances entre grossistes-répartiteurs et Unités de valorisation énergétique, et une meilleure rotation des bennes ; la sécurisation des bennes et des médicaments lors du transport… Sans oublier le volet innovation : nous souhaitions un partenaire à même de nous conseiller sur nos process et de nous aider à construire nos projets futurs. Traçabilité, améliorations techniques, digitalisation, reporting… La réponse de Veolia a été la plus pertinente.

BH : De notre côté, nous voulions gagner ce contrat pour globaliser la prestation et optimiser tous les leviers du recyclage et de la valorisation des MNU. Alors nous nous sommes posés un certain nombre de questions : comment être plus réactif, plus innovant, comment mieux utiliser la structure, les hommes et le maillage territorial…

 

Les MNU sont des produits sensibles. Comment cette dimension a-t-elle été intégrée dans la réponse de Veolia ?

BH : Nous connaissons bien ces problématiques grâce à notre expertise des déchets toxiques hospitaliers ou issus du désamiantage. La collecte des MNU est complexe par la nature même des produits. Il y a un double risque : à la fois sanitaire et de trafic. Nous devons donc rendre plus performantes la sécurité des transports et la traçabilité des bennes pour garantir à Cyclamed, tout au long de la chaîne, la protection des médicaments. En la matière, le moindre problème peut vite se transformer en crise. Et pour nous, la meilleure manière de gérer les crises consiste à les éviter. C’est comme ça que nous voulons gérer ce contrat.

TMD : Nous avons conscience que les quantités de MNU à gérer sont marginales, avec environ 15 000 tonnes par an. Cependant, notre sentiment est que Veolia agit comme s’il s’agissait d’un gros contrat, avec le même souci de sécurité et de traçabilité. C’est un point très fort pour nous, on est totalement rassurés.

 

Et côté Traitement, quelles sont les spécificités ?

TMD : Cyclamed réalise deux types de recyclage. D’un côté, les cartons et papiers issus des emballages et notices : ils intègrent le circuit Citeo pour être transformés de nouveaux en cartons et papiers. De l’autre, le recyclage et la valorisation énergétique des médicaments. On parle ici d’un vrai recyclage et pas uniquement d’incinération. Cette seconde dimension “valorisation ” est primordiale pour nous.
BH : L’enjeu consiste à atteindre l’excellence environnementale en valorisant les médicaments non utilisés dans les Unités de valorisation énergétique. Un bel exemple d’économie circulaire.


 

Créée en 1993, l’éco-organisme Cyclamed est une association française, agréée par les pouvoirs publics, dont la principale mission est de collecter et valoriser les médicaments non utilisés (MNU), périmés ou non, rapportés par les particuliers en pharmacie. En effet, depuis 2007, la collecte est obligatoire dans toutes les pharmacies afin de préserver la santé publique et l’environnement. Cyclamed regroupe l’ensemble de la profession pharmaceutique : pharmaciens d’officine, grossistes répartiteurs et entreprises du médicament.

► Pour savoir comment devenir un athlète du tri, rendez-vous sur https://www.cyclamed.org/