14 juin 2016

A Epernay, Veolia produit des Technosables issus du traitement des boues valorisables : une première en France

La station d’épuration d’Epernay-Mardeuil, qui traite les eaux usées de la Communauté de Communes Epernay Pays de Champagne (CCEPC), exploitée par Veolia, développe une voie de valorisation des « Technosables ». Résidus obtenus à partir du procédé d’Oxydation par Voie Humide (OVH), développé par OTV, les Technosables sont ensuite valorisés dans la voirie ou la filière céramique. C’est une première en France.

 
La station d'épuration d'Epernay-Mardeuil

La station d'épuration d'Epernay-Mardeuil - © JML Photographies / CCEPC


Située en bord de Marne, la station d’épuration de la CCEPC, conçue et construite par OTV, filiale de Veolia, était déjà pionnière dans l’utilisation de l’Oxydation par Voie Humide (OVH) pour le traitement de ses boues. Aujourd’hui, elle est la première à pouvoir réutiliser les Technosables issus de ce traitement.

Inauguré en 2007 et placé au cœur du vignoble champenois, le site devait répondre aux contraintes spécifiques de l’activité viticole, qui produit un volume important d’effluents, notamment au moment des vendanges en septembre, ou encore du lavage des fûts, en janvier-février. De plus, l’épandage est quasiment impossible sur ce territoire protégé.

Dans ce cadre, OTV a développé à Epernay le procédé d’OVH ATHOS®, qui consiste à réduire les boues d’épuration à la seule matière minérale, les Technosables.
 
Christophe Poisblaud

« Les boues sont préchauffées à 160°C avant d’entrer dans un réacteur d’oxydation où se trouve de l’oxygène pur. La réaction entre les boues et l’oxygène génèrent alors une augmentation de température jusqu’à 250°C. La pression à l’intérieur est de 54 bars. A la sortie, on obtient un gaz propre (après traitement final), du liquide organique facilement biodégradable et un résidu solide minéral : les Technosables » explique Christophe Poisblaud, ingénieur chez OTV.




Cette technique de traitement a plusieurs avantages : outre le fait d’être une alternative à l’épandage,  elle permet de réduire le tonnage des boues et produit un résidu solide minéral inerte et valorisable.

 
Les Technosables

Technosables - © JML Photographies / CCEPC


Voirie et céramique

Grâce à cette technologie, la CCEPC dispose d’un gisement annuel de 700 tonnes de Technosables issus de la filière de gestion des boues de sa station d’épuration, et s’est donc mise en quête de filières de valorisation.

Depuis le 31 décembre 2015, un arrêté préfectoral autorise la réutilisation des Technosables : ces derniers sont ainsi valorisés en remblai de voirie ou dans la fabrication de céramique : une première en France. Les Technosables sont mélangés avec d’autres matériaux à hauteur de 35 % maximum pour la rénovation de tranchées et de 7 % maximum dans la filière céramique. 

Il a fallu huit ans d’études techniques pour valider la réintroduction de ces résidus dans ces filières. Un test grandeur nature a été réalisé lors de la réfection d’une rue d’Epernay : l’incorporation de Technosables n’a pas modifié la couleur, la stabilité et la durée de vie de la chaussée.

Veolia a déjà reçu la visite d’une dizaine de délégations étrangères pour leur présenter la station d’épuration, venues notamment de Chine, de Corée du sud et des Etats-Unis, trois pays qui se sont montrés particulièrement intéressés par cette nouvelle technologie.

La valorisation des Technosables constitue un nouvel exemple d’économie circulaire que crée et met en œuvre le groupe pour ses clients, les consommateurs, et la planète.

 

La station d’épuration d’Epernay-Mardeuil en chiffres

- 36 mois de travaux (inauguration en 2007)
​- 35 000 habitants desservis en assainissement
- Jusqu’à 16 100 m3 traités/jour
- 30 000 tonnes de boues digérées par an
- 2 bassins d’aération d’un volume de 22 430 m3 et une hauteur de 7 m
- 2 clarificateurs, d’un diamètre de 39 m



Aller plus loin : 

Le procédé ATHOS®
Le traitement des eaux usées en vidéo