23 février 2015

A Lapouyade, l’installation de stockage des déchets non-dangereux va chauffer les serres de tomates

Les travaux de construction de 8 ha de serres démarrent en ce début d’année 2015, à Lapouyade. Nouveauté : les serres, destinées à la production de tomates, seront chauffées directement par l’installation de stockage des déchets non-dangereux voisine, gérée par Veolia.

 
A terme, une production de 6000 T de tomates par an à Lapouyade

Allier innovation, respect de l’environnement et progrès économique, c’est le défi relevé par le projet de construction des serres de Lapouyade, commune située à une quarantaine de kilomètres de Bordeaux. Le partenariat entre Veolia et les Paysans de Rougeline va en effet donner naissance à un projet original.
 

Du Biogaz à…la production de tomates

Huit mois seront nécessaires à la construction des premières serres, sur une surface de 4 hectares. En novembre 2015 démarreront les plantations, avec une première récolte prévue en février 2016.

Mais l’originalité réside dans la façon dont les serres seront chauffées. Situées à proximité de l’Installation de Stockage des Dechets Non Dangereux (ISDND) exploitée par Veolia, c’est en effet à partir du biogaz produit localement que sera acheminée la chaleur nécessaire à leur fonctionnement.
L'ISDND de Lapouyade

Aujourd’hui, à Lapouyade, le biogaz produit par les déchets alimente huit moteurs produisant de l’électricité. Celle-ci est revendue à EDF par Veolia pour une puissance totale de 7MW*. Le projet consiste à développer la cogénération en récupérant la chaleur produite lors du refroidissement de ces moteurs, qui permettra d’alimenter un réseau de chauffage à destination des serres de culture de tomates.
 


L’innovation pour le progrès économique

Dans ce projet, Veolia s’est entourée de partenaires locaux.

Le futur site sera géré par le GIE DES BROCS, constitué de 4 agriculteurs des Paysans de Rougeline, SAS dédiée à la production et distribution de fruits et légumes. Ces 4 agriculteurs, qui investissent dans le projet, produiront à terme 6000 tonnes de tomates par an.

Le projet aboutira par ailleurs à la création de  45 à 65 emplois directs locaux et aussi à un large réseau de partenaires amonts et avals (fournisseurs, clients, circuits de distribution…).
 

« Ce partenariat illustre notre volonté de développer l’économie circulaire en favorisant l’implantation d’entreprises locales à proximité de nos lieux de production de matières recyclées et d’énergie renouvelable, fournies à un coût optimisé grâce à des circuits de commercialisation courts » indique Bernard Harambillet, directeur général pour l'activité Recyclage & Valorisation des déchets.

Au final, un projet gagnant à tous les niveaux.


* Mégawatt

------------------------------------------------
Date de publication : le 24/02/2015
Date de dernière modification : le 24/02/2015