20 février 2015

Projet Irri-Alt’Eau : un futur grand cru ?

Irriguer des plants de vignes à partir d’eaux usées retraitées : tel est le principe d’ Irri-Alt'Eau. Ce projet expérimental, mené par un partenariat entreprise-recherche-collectivité et piloté par Veolia, pourrait bien voir le jour prochainement.

 
Irri-Alt'Eau
Il ne s’agit pas de transformer l’eau en vin… mais  de mettre à disposition une ressource d'eau alternative pour l'agriculture. Irri-Alt'Eau propose en effet, à partir d’une station d’épuration voisine, d’acheminer en direct vers un ou plusieurs vignobles une eau filtrée et épurée. Veolia et ses partenaires expérimentent ce procédé dans la commune de Gruissan.
 

Un programme de recherche collaboratif

Plusieurs acteurs travaillent ensemble à la mise en oeuvre de ce projet Recherche et Développement collaboratif.

Veolia collabore ainsi avec la PME AQUADOC, spécialiste des matériels d’irrigation, la Cave Coopérative de Gruissanl’Institut National de Recherche Agronomique (INRA), avec le Laboratoire de Biotechnologie de l'Environnement (LBE), situé à Narbonne et l’Unité Expérimentale de Pech Rouge (UEPR), située à Gruissan.

L'opération reçoit par ailleurs le soutien financier conjoint de la région Languedoc-Roussillon et de Bpifrance, ainsi que de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse et de l'agglomération du Grand Narbonne.

Irri-Alt'Eau suscite déjà beaucoup de curiosité de la part de la filière vinicole, qui suit de près l’évolution du vignoble expérimental de Pech Rouge, propriété de l’INRA. Et les analyses réalisées sur les vendanges de 2013 et 2014 sont encourageantes : la qualité des baies et du vin ne sont pas altérés, et les paramètres de suivi physico-chimiques sont en tout point conformes.
 
« Au final, nous espérons démontrer que la vigne réagit aussi bien à nos eaux traitées qu’aux ressources conventionnelles et que les vins sont exempts de résidus chimiques ou de bactéries pathogènes (…) » explique Brigitte Goral, superviseur du projet Irri-Alt'Eau chez Veolia.


Un projet pour le long terme ?

L'irrigation des vignes par les eaux retraitées : une solution d'avenir pour les vignobles?

Une solution d'avenir pour irriguer les vignobles?

A ce stade de l’expérimentation, il est encore trop tôt pour savoir si cette solution sera déployable à plus grande échelle. Dans un premier temps, la Cave coopérative de Gruissan pourrait consacrer, dès 2015, 30 à 50 ha à la phase pré-industrielle.

La règlementation pour l'irrigation des vignes (AOC, vins de table et de pays) devra également évoluer, les services publics ayant des normes très strictes en matière d’utilisation d’eaux retraitées. Cette évolution sera soumise aux futures conclusions des scientifiques. Et il faudra aussi convaincre les consommateurs.

Quoi qu’il en soit, ce projet innovant a le mérite de lancer le débat. Il sera même au cœur des discussions au symposium de GiESCO (Groupement international d’Experts en Systèmes vitivinicoles), qui se tiendra à Gruissan, en Juin prochain.
 

« Si nous nous occupons plus de « l’eau des villes », je suis néanmoins convaincu du potentiel de coopération qui existe entre le monde agricole et Veolia » déclarait en 20131 Antoine Frérot, PDG de Veolia.

Il ne fait aucun doute qu’Irri-Alt'Eau s’inscrit complétement dans cette démarche.
 

Contact : brigitte.goral@veolia.com
 

1. Salon international de l’Eau Hydrogaïa, 12&13 juin 2013, Montpellier


Date de publication : 23/02/2015
Date de dernière modification : 23/02/2015