4 juillet 2014

Le tour de France des sites opérés par Veolia

Découvrez chaque jour un nouveau site opéré par Veolia et des solutions qui contribuent à préserver et renouveler les ressources.

La collecte pneumatique des déchets de Clichy-Batignolles
 

Clichy Batignolles

Depuis octobre 2013, les habitants de l’éco-quartier Clichy-Batignolles, dans le XVIIe arrondissement de Paris, utilisent le premier réseau de collecte pneumatique de déchets mis en place dans la capitale. Ils déposent désormais leurs déchets ménagers dans des bornes au pied de leur immeuble : une jaune pour les emballages recyclables et une verte pour les déchets alimentaires et non recyclables. Lorsque les bornes sont pleines, le système enclenche une collecte automatisée par aspiration. Les déchets transitent à la vitesse de 70 km/h dans le réseau souterrain de cinq kilomètres de conduites au terme duquel ils sont collectés dans des conteneurs qui, une fois pleins, sont acheminés par camion vers le centre de traitement. Veolia et son partenaire suédois, Envac AB, ont équipé deux autres sites en Ile-de-France, à Romainville (93) et Issy-les-Moulineaux (92).

En savoir plus :



La station de traitement des eaux usées de Boulazac

organica

Pour répondre à la progression démographique et au fort développement de ses zones d'activité, la Ville de Boulazac, près de Périgueux, inaugurera l’an prochain une toute nouvelle installation de traitement des eaux usées. Son aspect extérieur : une serre de 1 400 m2 abritant une végétation luxuriante flanquée d’un bâtiment à l’architecture parfaitement intégrée dans l’environnement. A la recherche d’une technologie en phase avec sa politique de développement durable, la ville a, en effet, retenu le procédé Organica™ FBR déjà déployé par Veolia sur de nombreux sites en France et dans le monde. Plongeant directement dans les bassins de traitement, les racines des plantes exotiques créent un écosystème favorable qui complète l’effet des technologies conventionnelles, permettant notamment un traitement poussé de la pollution carbonée, azotée et phosphorée. Les nouvelles installations de Boulazac, permettront de traiter les eaux usées de 36 000 équivalents habitants contre 6 500 auparavant avec une qualité supérieure aux normes de rejet en vigueur et une production de boues réduite. 


Le Campus Veolia Sud-Ouest et son Centre de Formation d'Apprentis (CFA)

Photo Campus Tarbes

Situé à Ibos, sur la route de Pau à Tarbes, le Campus Veolia  Sud-Ouest et son CFA, l’Institut Pyrénéen des Métiers de Services à l’Environnement (IPMSE), dispensent des formations en alternance et continues. L’établissement propose 7 cursus en alternance permettent d’accéder à 2 diplômes, 3 titres et 2 certifications au niveau CAP ou Bac. En termes de formation professionnelle continue, il met à la disposition des stagiaires près de 2000 programmes dans les domaines de la gestion de l’eau, des déchets et de l’énergie, partagés avec les autres Campus Veolia. Créé il y a 20 ans, ce réseau dédié à la formation permet à Veolia d’adapter sans cesse le savoir-faire de ses collaborateurs aux évolutions des métiers de l’environnement et de jouer, par l’insertion ou la transmission de savoir, pleinement son rôle dans la vie économique des territoires où elle est implantée. Bâti et financé par la Région Midi-Pyrénées et Veolia, en partenariat avec le Grand Tarbes, le Campus Veolia Sud-Ouest répond aux normes de Haute Qualité Environnementale.


Le site de regroupement de déchets spéciaux diffus Eoval

Photo Eoval

Implanté entre Saint-Gaudens et Toulouse, le site de regroupement, prétraitement et valorisation de déchets dangereux Eoval accueille une partie des déchets spéciaux diffus produits en région Midi-Pyrénées par les PME, les artisans ou les agriculteurs ou déposés par les particuliers en déchèteries. Peintures, solvants, huiles de vidange, piles, tubes néon, déchets phytosanitaires ou encore acides de batteries… Tous les déchets pris en charge sont systématiquement identifiés, triés puis orientés vers les différentes unités de préparation et de regroupement avant d'être transférés vers les filières de valorisation et de traitement externes. Toutes les activités ont lieu dans des bâtiments fermés, équipés de membranes étanches sous chaque atelier et de système de captation de composés organiques volatiles. D’une capacité de prise en charge annuelle de 20 000 tonnes, Eoval apporte une réponse locale à la préservation de l’environnement et à l’économie de ressources.



Le réseau de distribution d’eau potable d’Allevard-les-Bains

Photo Allevard

La commune d’Allevard-les-Bains fait partie de la communauté de communes du Pays du Grésivaudan. Elle a confié l’exploitation de son réseau de production et de distribution d’eau potable à Veolia. Distribuée à ses 3 750 habitants, l’eau provient des nombreuses sources de montagne qui entourent cette station thermale. Au cours des dernières années, la commune et son prestataire ont réalisé d’importants efforts d’amélioration de la qualité du réseau qui affichait en  2013 un taux de rendement de 81.7 %, bien supérieur aux recommandations minimales du Grenelle de l’Environnement. Au total, 9 des 47 communes de la communauté ont délégué  la gestion de leur eau potable à Veolia. Parmi elles, Saint-Martin-d’Uriage ou Chamrousse.



Le champ captant de Crépieux-Charmy

Photo Champ captant de Crépieux-Charmy

Enserré dans une boucle du Rhône, le champ captant de Crépieux-Charmy est à la fois le poumon et la source de l'agglomération lyonnaise. C’est en effet du sous-sol de ses 375 hectares que provient 95% de l’eau du territoire du Grand Lyon. Ce vaste espace vert abrite également une faune et une flore très riches qui se développent en toute quiétude, une partie du site étant classé réserve naturelle et retenu dans de nombreux inventaires scientifiques (Natura 2000, Zone Humide Remarquable, Espace Naturel Sensible ou Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique, Floristique et Faunistique). C’est ici que Veolia, dans le cadre du contrat d’affermage qui le lie au Grand Lyon tire de 114 puits les 200 000 m3 d’eau journaliers qui permettent de satisfaire les besoins des habitants. C’est également ici qu’en 1853, la Compagnie Générale des Eaux,  tout juste créée, a mis en oeuvre la première mécanisation de la distribution d'eau potable grâce à des machines à vapeur écossaises.

En savoir plus :



Le dispositif de tarification incitative du Grand Besançon

Photo Grand Besançon
Engagé depuis 2008 dans une politique volontariste de réduction et de valorisation des déchets, le Grand Besançon a passé la vitesse supérieure en juillet 2012, en devenant la plus grande collectivité française à adopter la tarification incitative à la pesée sur l’ensemble de son périmètre, soit 59 communes et 177 000 habitants. Ce déploiement progressif est assuré par Veolia sur 50 communes. Chaque usager concerné est équipé d’un bac à déchets résiduels muni d’une puce électronique qui permet de l’identifier. Les camions de ramassage, quant à eux, sont équipés de matériel de pesée et d’enregistrement de données – dates, nombre de levées, poids du bac – qui permettent d’établir la facture. A fin 2014, la communauté de communes s'est donné des objectifs de réduction des déchets de -35% pour le pavillonnaire et -15 % pour le collectif par rapport à 2010. Un grand pas vers les objectifs du Grenelle de l’Environnement.

 

La station d’épuration de Sausheim - Région mulhousienne

Photo STEP Sausheim

Avec une capacité de traitement de 480 000 équivalents habitants, Sausheim est la station de traitement la plus importante du Sivom Région mulhousienne. Elle traite à la fois les eaux usées domestiques de 24 communes et celles des industriels de l'agglomération parmi lesquels Peugeot, Papeteries du Rhin, les hôpitaux de Mulhouse, SARVAL et DMC qui participent à son exploitation et à son entretien. Desservie par 750 km de canalisations, elle reçoit environ 27 millions de mètres cubes par an qui sont traitées et épurées avant d’être restituées à la nature, via le grand canal d’Alsace, au terme d’un procédé d’une durée moyenne de 24 heures.

 

Le Centre de Tri Haute Performance de Ludres

Photo CTHP Ludres

Situé près de Nancy, le Centre de Tri Haute Performance (CTHP) de Ludres est la « plaque tournante » pour le traitement des déchets mobiliers de l’Est de la France. Collectés dans le cadre du contrat national remporté par Veolia auprès de l’éco-organisme  Eco-mobilier, les déchets entrants proviennent des départements des Vosges, de la Meurthe-et-Moselle, de la Moselle et du Bas-Rhin. Arrivés sur place, ils sont réceptionnés, broyés, puis triés grâce à des procédés techniques de pointe en vue de produire des matières calibrées destinées au recyclage. Le CTHP  affiche aujourd’hui un taux de valorisation globale des flux entrants superieur à 80% qui lui permet de s’inscrire dans des boucles d’économie circulaire. Le bois issu des déchets mobiliers qui y est trié est renvoyé dans une usine vosgienne où il entre dans la composition  de panneaux de bois qui seront utilisés dans la fabrication de meubles.

 

La station d’épuration Epernay-Mardeuil

Photo station d'épuration Epernay-Mardeuil

Inaugurée en 2007, la station d’épuration Epernay-Mardeuil trate les effluents domestiques, une partie des eaux pluviales et les effluents vinicoles issus des maisons de champagne situées sur son périmètre. La Communauté de communes Epernay Pays de Champagne l’a conçue en lien avec la profession vinicole et dans une démarche de développement durable. Elle dispose d’une capacité de traitement journalière de 80 000 équivalents habitants en période normale qui peut aller jusqu’à 150 000 en période vinicole. Elle est également dotée d’un système de traitement et d’élimination des boues OVH (Oxydation par Voie Humide).  Ce procédé, respectueux de l’environnement, permet de transformer les boues, après réaction, en un rejet gazeux propre, un liquide organique biodégradable et un solide essentiellement minéral utilisable comme matériau de remblai. Elle fut la première à l'adopter en France.



Le site de méthanisation des biodéchets Artois-Méthanisation

Artois aérien

Situé au sud-est d'Arras, le site Artois Méthanisation, inauguré en 2012, tranforme les déchets organiques en électricite et en compost. Occupant  9 000 m2, ce pôle de traitement multi-filières valorise tous types de déchets organiques issus de l'agriculture (biomasse agricole, racines d'endives...), de l'industrie (boues biologiques, écarts de fabrication, déchets carnés, graisses de restauration...), des collectivités (tontes de pelouses, déchets de cantines, déchets de stations d'épuration...) et de la Grande distribution. D'une capacité de traitement annuelle de 25 000 tonnes de déchets, le site produit de l'électricité pour l'équivalent de la consommation de 6 500 habitants et un compost qui sert d'amendement pour les terres agricoles avoisinantes.

En savoir plus :



Ovilléo, la station de traitement des eaux usées de Marquette-Lez-Lille

Photo Ovilléo
La communauté urbaine de Lille Métropole regroupe 85 communes représentant une population de plus d’un million d’habitants. Le traitement de ses eaux usées est notamment assuré par la station de Marquette-Lez-Lille, construire en 1969. A partir de mi 2013, de toutes nouvelles installations ont pris le relais des anciennes qui inscrivent le site dans une logique de performance de développement durable. Ovilléo met en œuvre un grand nombre de technologies propriétaires de Veolia allant du traitement primaire (Multiflo™) au traitement de l’air (Aquilair™ et Azilair™) en passant par le traitement biologique (Hybas™) ou le traitement des boues (Exelys™ et Bioco™). Avec un débit journalier de 700 000 m³, Ovilléo affiche une capacité de desserte de 620 000 équivalents habitants. Plus compacts, les ouvrages et bâtiments seront végétalisés et l’espace libéré transformé en jardins destinés à recevoir les eaux pluviales du site et à créer une zone humide de 6 hectares.

En savoir plus :

 

Le complexe de traitement des déchets de Southwark

Photo Complexe de traitement des déchets de Southwark
Southwark : produire de la chaleur et de l'eau chaude avec l...
PDF - 172.03 Ko

Situé au coeur de Londres, non loin de la City, le complexe ultramoderne de Southwark, inauguré en 2012, regroupe un centre de tri, un centre de recyclage et une unité de traitement mécano-biologique des déchets organiques. Il  traite les 120 000 tonnes de déchets produits chaque année par les 290 000 habitants du district. L'objectif des autorités locales : doubler le taux de recyclage pour atteindre les 40% dès fin 2014. Sourthwark n'est pas un exemple isolé puisque Veolia assure des services de recyclage, de nettoiement urbain, de gestion des déchets et d’entretien paysager pour dix autres quartiers de Londres, dont la cité de Westminster, Camden, Tower Hamlets, Lambeth ou Brent.

En savoir plus :



L'unité de valorisation énergétique de Sheffield

Photo Unité de valorisation énergétique de Sheffield

Ville la plus verte d'Angleterre,  Sheffield compte plus d'un demi million d'habitants. Depuis 2001, Veolia y assure la collecte et le recyclage des déchets ainsi que la valorisation énergétique de la part de déchets qui ne peut être recyclée. L'unité de valorsiation énergétique génère 19 MW d'énergie électrique, dont 3 servent à l'alimentation du site et 16 sont vendus au réseau national ainsi que 40 MW d'énergie thermique qui, en saison, permettent d'alimenter le réseau de chaleur de la ville.  Depuis 2001, Sheffield a vu son taux de recyclage grimper de 4% à 30% et envoie désormais moins de 10% de ses déchets en centre de stockage.

En savoir plus :



Le Centre de recyclage et de valorisation énergétique de Leeds

Photo Centre de recyclage et de valorisation énergétique de Leeds

Mur végétal et aménagement paysagé, les bâtiments du Centre de traitement et des déchets de Leeds situés en zone industrielle, non loin du centre ville, seront pleinement intégrées dans l'environnement. Ils abriteront un centre de tri et recyclage ainsi qu'une unité de valorisation énergétique des déchets résiduels qui produira 12 MW d'énergie électrique par an. Les objectifs de la ville sont clairs : augmenter ses taux de recyclage et faire chuter les volume de déchets enfouis. Les travaux de construction ont débuté en septembre dernier.

En savoir plus :



Date de publication : 5 juillet 2014
Date de dernière modification : 16 juillet 2014