22 septembre 2014

A New York, les propositions de Veolia pour s’attaquer aux émissions de gaz à effet de serre

A l’occasion du sommet climat des Nations Unies pour accélérer la lutte contre le dérèglement climatique, le PDG de Veolia, Antoine Frérot, s'est prononcé en faveur d’un prix robuste et stable du carbone et pour un meilleur captage du méthane issu du stockage des déchets solides municipaux.

Sommet du climat des Nations Unies
Le 23 septembre, Antoine Frérot a lancé un appel auprès d’autres entreprises, organisations et collectivités pour soutenir des initiatives en faveur d’un prix stable et robuste du CO2.
Il a également plaidé pour une réglementation cohérente visant à déployer une véritable économie bas-carbone : faire du prix du carbone un instrument central des politiques nationales et réorienter les budgets pour répondre au challenge climatique. Pour cela il recommande de s’appuyer sur de grandes innovations : « l’économie à bas carbone sera une économie de l’innovation ou ne sera pas ».


Agir sur le méthane, soit 40% des émissions de gaz à effet de serre

Antoine Frérot a souligné la nécessité d’une plus grande prise en compte du méthane, dont la contribution au réchauffement climatique est très importante. Parce qu’il considère que « le monde vit à crédit écologique, mais [qu’] il existe des remèdes à ses maux », il présente des solutions permettant de réduire significativement ces émissions.Parmi celles-ci : Economies d’énergie, efficacité énergétique, remplacement des énergies fossiles par des énergies renouvelables, limitation a minima des impacts des énergies sales. Veolia s’est donc associée à la Coalition pour le climat et l’air pur (CCAC) créée en 2012 par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE). Cette coalition se préoccupe particulièrement de l’impact et de la réduction des polluants de plus courte durée de vie dans l’atmosphère (de quelques jours à une cinquantaine d’années) dont le méthane.


Réconcilier environnement, croissance et emploi par la gestion des déchets

Veolia est la seule entreprise privée de la CCAC à participer à l’initiative sur les déchets solides municipaux, Municipal Solid Waste Initiative.
 
23% du méthane émis dans le monde provient des centres de stockage des déchets et des boues d’épuration. Veolia déploie une large palette de solutions d’économie circulaire pour contribuer à réduire ces émissions polluantes. Il s’agit par exemple de valoriser les déchets en électricité et en vapeur pour chauffer les villes ou bien de fabriquer des biocarburants à partir d’huiles alimentaires usagées ou enfin de méthaniser des déchets agricoles pour produire électricité et compost. Veolia fait ainsi du déchet une ressource.
 
Ces innovations ne peuvent voir le jour sans investir durablement dans des technologies nouvelles. Antoine Frérot réaffirme sa conviction : « Lutter contre le dérèglement climatique crée aujourd’hui des emplois. La protection de l’environnement ne s’oppose pas à la croissance ». 
 

Organisé par son secrétaire, Ban Ki-Moon, le sommet pour le climat des Nations Unies qui s’est tenu le 23 septembre a réunis les principaux acteurs engagés pour le climat. Le mot d’ordre de cet événement exceptionnel qui intervient en amont de la conférence mondiale de Paris (COP 21) qui se tiendra en décembre 2015 : « accélérer l’action ». Parmi les acteurs présents les entreprises figuraient en bonne place. Veolia y a présenté les solutions qu’il déploie auprès de ses clients industriels et collectivités et qui contribuent à lutter contre le dérèglement climatique.