24 septembre 2014

Veolia s’engage en faveur de l’économie positive

Du 24 au 26 septembre, le LHForum-Positive Economy Forum, initié par l’ONG PlaNet Finance et son président Jacques Attali, rassemble tous les acteurs du mouvement pour une économie positive. Partenaire de l’événement, Veolia y contribue à travers l’intervention de son Président-directeur général, Antoine Frérot, lors d’une conférence plénière intitulée « Gouvernance d’entreprise : visions prospectives ».

Le  rapport « Pour une économie positive » commandé par le président de la République française à Jacques Attali, fruit d’un groupe de réflexion auquel a participé Veolia en 2013, repose sur l’idée que l’économie basée sur le profit à court terme est à la racine de la crise actuelle : il n’est plus possible de se contenter d’une économie neutre qui compense les maux qu’elle engendre. Dès lors il faut se mobiliser en faveur d’une économie résolument positive pour tous ceux qui y participent, permettant de mieux harmoniser croissance et progrès social.

Deux propositions soutenues par Antoine Frérot 

Pour Veolia, c’est l'intérêt de l’entreprise d'aller au-delà de ses préoccupations économiques et de se mobiliser sur des enjeux sociaux globaux; sa pérennité en tant qu'organisme créateur de richesse en dépend, comme l’écrit dans le rapport  Antoine Frérot, son PDG : « La manière dont une entreprise s'inscrit dans son environnement détermine son acceptabilité sociale à produire et vendre. Aucune activité économique ne saurait perdurer si elle ne répond pas aux appels que lui adresse son époque, ou si elle contredit les intérêts à long terme du territoire où elle s'exerce ».

  • renforcer l'équilibre des pouvoirs entre les différentes parties prenantes de l'entreprise, car c'est à partir de leur coopération harmonieuse et durable que peut se développer le potentiel productif de l'entreprise ;
  • aider les entreprises à mieux inscrire leurs activités dans le « temps long », car si une entreprise désire mieux prendre en compte l'intérêt général, elle doit pouvoir accorder davantage d'importance au long terme.
Pour en savoir plus :

Promouvoir un « indice de positivité des nations »

Schéma économie positive

Sources/crédits : Nomadeis pour le Positive Economy Forum

L’économie positive est fondée sur trois altruismes – entre générations, entre territoires et entre acteurs (voir schéma) - et sur le long terme. Une société qui s’appuie sur l’économie positive favorise ainsi l’intérêt des générations futures, seule manière de relever les défis du développement durable.
Aussi Jacques Attali et ses équipes ont décidé de se doter d’un nouvel outil l’«indice de positivité des nations » afin de mesurer la capacité d’un pays à placer ces trois altruismes et le long-terme au cœur de ses priorités, selon 29 critères. Parmi eux : déséquilibres entre territoires, inégalités de revenu, bien-être et ressenti des citoyens, indicateurs environnementaux, santé, éducation, besoins des générations à venir. Cet indice, calculé pour 34 pays de l’OCDE, place la France en 18e position en 2014.


Date de publication : 24 septembre 2014
Date de dernière modification : 24 septembre 2014