Famille dans une cuisine

10 astuces pour cuisiner « 0 déchet »

Vous avez, ces dernières semaines, renoué avec la pratique de la cuisine ? Et vous avez décidé de passer à la cuisine «0 déchet» ? Bravo ! Si la démarche paraît simple, sachez qu’elle ne s’improvise pas pour autant. Le meilleur détritus étant celui que l’on ne produit pas, voici 10 conseils pour cuisiner « 0 déchet ».

Depuis le début du confinement, les Français ont largement renoué avec la pratique de la cuisine : 53% cuisinent aujourd'hui plus, voire beaucoup plus, qu’avant, essayant de nouvelles recettes, de nouvelles techniques, de nouveaux aliments*.

Alors que 10 millions de tonnes de produits alimentaires sont gaspillées chaque année, soit 18% des tonnages alimentaires (Ademe), c’est un nouveau levier sur lequel agir, au quotidien, depuis chez soi, pour réduire notre empreinte écologique. Quelques nouvelles habitudes assez simples peuvent être adoptées. Retrouvez ici nos 10 conseils :

 

1/ Préparez et adaptez votre cuisine

La cuisine « 0 déchet » passe d’abord par une prise de conscience : les matériaux à usage unique ont envahi nos logements et nos cuisines. Privilégiez par exemple les torchons et essuie-tout en tissus, lavables et réutilisables, à ceux en papier mono-usage, dont la production demande beaucoup d’eau. Disponible en magasin, ils peuvent aussi très facilement être réalisés à la main avec des chutes de tissu.

Privilégiez également les matières les plus renouvelables et facilement recyclables, comme le verre ou le bois, quand vous renouvelez vos objets du quotidien. Et dotez-vous de bocaux en verre : en toute logique, vous serez ainsi prêt pour acheter vos aliments en vrac ! 

 

Femme avec enfant dans chariot en rayon de supermarché

2/ Pour les courses, changez vos habitudes

Dans la mesure du possible, essayez de manger local : vous réduirez vos déplacements et consommerez des produits moins énergivores et aux plus faibles émissions de CO2. C’est bon pour la planète !
Ne partez plus de chez vous les mains vides. Si les sacs en papier et les sacs réutilisables ont remplacé dans les lieux de vente les sacs en plastique à usage unique, pensez à prendre vos sacs et cabas pour éviter d’en consommer de nouveaux. N’oubliez pas non plus vos bocaux, vous y mettrez les produits en vrac (amandes, lentilles, pâtes, etc.) en évitant d’utiliser les contenants en papier ou en plastique proposés sur place . Un bon moyen de réduire le nombre d’emballages plastiques qui représentent 85% des emballages jetés par les ménages. 

L'idée en plus : pour vos courses, pensez aux GAC, les groupes d’achat en commun et aux AMAP, les associations pour le maintien d’une agriculture de proximité, qui se développent de plus en plus.

 

3/ Choisissez une recette « 0 déchet »

La cuisine « 0 déchet » consiste à inverser le raisonnement habituel : ne vous demandez pas de quels ingrédients vous avez besoin pour telle ou telle recette ; ouvrez placards et réfrigérateur, analysez ce dont vous disposez et choisissez la recette qui vous permettra de vous faire plaisir en limitant le gaspillage alimentaire. Pour vous aider dans cette nouvelle démarche, n’hésitez pas à consulter les livres dédiés à la cuisine « 0 déchet ». Vous y puiserez une inspiration sans limite !

 

découpage de fruits et légumes sur une planche

4/ En cours de préparation, n’oubliez pas que « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » !

Vous avez fait une soupe de légumes bio et vous ne savez pas quoi faire des épluchures ? Ne jetez surtout pas les peaux, les tiges et les fanes. Fris ou grillés au four, ils feront de succulentes chips. Ils donneront aussi du goût à vos bouillons, sauces, veloutés et gratins ; vous pouvez vous en servir pour de nombreuses recettes. Vous pouvez aussi utiliser la carcasse du poulet pour en faire un bouillon. Au dessert, les fruits aussi se recyclent facilement : les bananes trop mûres en banana bread, et les pêches, les poires, ou les nectarines en smoothies, compote ou encore confiture. Quant aux écorces d’orange, elles font d’excellents allume-feu. 

L'idée en plus : conservez les pépins de melon et faites-les sécher. En hiver, les oiseaux en raffolent. Quant aux noyaux de cerise, ils remplacent parfaitement les billes de drainage dans le terreau des jardinières.

 

5/ Les mille vies du pain

Vous aviez prévu trop de pain et il est rassis ? Pas de panique ! Voici quelques idées anti-gaspi pour le réutiliser : en broyant les morceaux de pain, vous obtiendrez de la chapelure maison que vous pourrez choisir plus ou moins fine en fonction de vos besoins ; coupés en dés, ils feront office de croûtons créatifs pour vos soupes ; accommodés à la poêle avec des œufs et du sucre, ils se métamorphoseront en pain perdu, compagnon idéal du petit-déjeuner ; enfin, vous pourrez transformer votre pain rassis en un délicieux bodding, le célèbre pudding belge.

6/ Economisez l’eau

Ressource précieuse, l’eau doit être utilisée proportionnellement à vos besoins, même en cuisine. Par exemple, gardez l’eau de cuisson : chaude, elle vous servira à faire tremper la vaisselle la plus sale avant lavage ; froide, vous pourrez arroser vos plantes avec. De la même manière, en rinçant les fruits et légumes dans une bassine plutôt qu’à jet continu, vous économiserez de l’eau et pourrez la récupérer pour arroser vos plantes ou votre jardin.

L'idée en plus : à table, privilégiez l’eau du robinet. Un litre d’eau minérale en bouteille coûte 100 à 200 fois plus cher et augmente la consommation de pétrole, à partir duquel est fabriquée la matière plastique.
 

7/ Après la pause-café, gardez le marc

Outre ses nombreuses qualités naturelles, le marc de café vous fera faire des économies. Au jardin, il enrichit le compost et le terreau et se révèle un excellent anti-fourmis. Pensez aussi à lui à la maison en absorbeur d’odeurs sur les mains (ail ou oignons) ou dans le réfrigérateur, pour dégraisser cuisine, vaisselle ou canalisations, voire en soin de la peau (gommage) ou des cheveux (élimination des résidus), il a toutes les vertus.

L'idée en plus : pour les amateurs de thé, privilégiez le thé bio en vrac et la boule à thé plutôt que les sachets.

 

8/ L’heure de la vaisselle a sonné !

Après un excellent repas  « 0 déchet », aussi bon qu’original, à vous les joies de la vaisselle… Pour rendre cette corvée plus satisfaisante, pourquoi ne pas utiliser un liquide vaisselle que vous auriez réalisé vous-même ? Écologique (moins de produits chimiques) et économique, à base de savon de Marseille ou de savon noir, le procédé est à la portée de tous. Pour laver assiettes et plats, optez pour le tawashi, véritable alternative aux éponges jetables. Venu tout droit du Japon, il est réalisé à base de chutes de tissu tressées entre elles. Vous pouvez l’acheter ou, mieux, le fabriquer vous-même en impliquant vos enfants. La cuisine « 0 déchet » rimera ainsi avec plaisir et partage !

 

Compostage des épluchures de légumes

9/ Adoptez un composteur

En ville ou à la campagne, le composteur est l’une des solutions pour réduire les quantités de déchets organiques biodégradables, jusqu'à une centaine de kilos par an et par personne en moyenne. Une fois à maturité, le compost, semblable à un terreau, constitue un engrais naturel hors pair pour nourrir vos végétaux. Le principe est simple : grâce à l’eau contenue dans les déchets et à l’oxygène, la transformation s’opère naturellement via des micro-organismes, des vers… Éléments compostables (déchets carbonés, humides, verts…), aération ou surveillance, pour réussir votre compost à coup sûr, certaines règles sont à suivre. Si vous possédez un jardin, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre mairie, elle pourra peut-être vous fournir un bac à compost gratuitement. Si vous résidez en appartement, la solution passe par le vermicompostage ou le lombricompostage : des vers se chargent du travail !

L'idée en plus : pour être sûr que votre compost est prêt, semez des graines de cresson dans des petits pots remplis de compost : si elles germent, il est à point.

 

10/ Conservez les aliments autrement

Le repas est terminé et les restes s’accumulent ? Voici quelques astuces pour les conserver facilement. En remplacement du papier aluminium et du film plastique jetables, essayez le film alimentaire réutilisable : le « bee’s wrap » ou embeillage. Il s’agit d’un emballage 100% naturel, et compostable, réalisé à base de coton bio et de cire d’abeille. Les magasins bio en vendent mais vous pouvez tout aussi bien le confectionner vous-même. Entre chaque utilisation, il vous suffira de le rincer à l’eau tiède puis de le faire sécher. Simplissime !

L'idée en plus : au réfrigérateur, pour conserver les restes de nourriture et protéger les aliments, un récipient en verre et son couvercle ou une assiette posée sur un saladier feront l’affaire.

Économisez l’énergie

Cuisiner « 0 déchet » consiste aussi à réduire sa consommation d’énergie. L’agencement de votre cuisine est très important : évitez dans la mesure du possible de placer une source de chaleur à côté du réfrigérateur ou du congélateur. Votre consommation d’énergie s’en ressentira. 
Au quotidien, adoptez les bons réflexes : si vous souhaitez boire un thé, inutile de remplir intégralement la bouilloire électrique. N’oubliez pas non plus de la détartrer régulièrement, elle gagnera en efficacité et vous allongerez sa durée de vie.
Pour la cuisson au four, sachez que le préchauffage n’est pas toujours nécessaire. Faites-le à bon escient car il consomme beaucoup d’énergie. Le plus souvent, l’allumer juste avant d’enfourner votre plat ou votre dessert suffit.

L’idée en plus : l’hiver, laissez ouverte la porte du four après cuisson, il contribuera à réchauffer la pièce. Lorsque vous cuisinez, pensez à sortir du réfrigérateur, en une fois, tous les ingrédients dont vous avez besoin. En effet, à chaque ouverture de porte, l’appareil enclenche le compresseur pour conserver la température adéquate ce qui, là aussi, consomme de l’énergie. Dans la même logique, n’oubliez pas de le dégivrer 2 à 3 fois par an, vous prolongerez sa durée de vie.

 

Chiffres clés (Ademe) : 

La France s’est engagée à réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2025 (Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire).

  • 10 millions de tonnes de produits alimentaires perdues ou gaspillées chaque année (18 % des tonnages alimentaires)
  • 16 milliards d’euros, le coût annuel du gaspillage alimentaire
  • 15,3 millions de tonnes de CO2 générés inutilement soit 3 % des émissions nationales
  • Tous les maillons de la filière sont concernés :
    • 33 % de ces tonnages sont perdus lors de la phase de consommation, à la maison ou au restaurant 
    • 32 % lors de la production
    • 21 % lors de la transformation
    • 14 % lors de la distribution

 

* Sondage OpinionWay pour Super Toinette, réalisée les 28 et 29 avril 2020.