Pour Estelle Brachlianoff inaugurant la plateforme de Combustibles solides de récupération de Beauregard-Baret : “ce projet illustre la mission de Veolia : inventer une écologie des solutions”

Le site de Beauregard-Baret (Drôme) inauguré ce 28 septembre est exemplaire : une plateforme de fabrication de Combustibles solides de récupération (CSR) y valorise en énergie des déchets destinés jusqu’à présent à l’incinération ou à l’enfouissement. Le Sytrad - Syndicat de traitement des déchets Ardèche-Drôme - regroupant 12 structures intercommunales, 335 communes et plus de 520 000 habitants, a confié à Veolia la conception, la construction et l'exploitation de cette installation. Une première en France. Avec pour objectif de réduire de 50% le tonnage de déchets enfouis à l’horizon 2025. 

Dans un contexte d’urgence écologique inédit, le gouvernement français a inscrit dans son plan de relance une stratégie bas carbone pour l’industrie, avec deux objectifs chiffrés : -35% d'émissions de carbone en 2030 (par rapport à 2015) et -80% en 2050. Pour y parvenir, l’utilisation de sources de chaleur moins émettrices de CO2, comme les CSR, constitue une solution efficace et vertueuse qui réutilise les déchets non valorisables des citoyens pour en faire une nouvelle source d’énergie. Ce modèle d’économie circulaire évite l’usage d’énergies fossiles. 

Avec l'urgence écologique, les élus sont en première ligne que ce soit pour l'eau, les déchets ou les énergies. Alors comment faire pour répondre à tous ces défis ? C'est la mission que Veolia s'est donnée en vous proposant une vision globale et des solutions locales. Le projet de Beauregard-Baret mélange innovations locales et vision globale dans une solution vertueuse pour la planète et qui crée des emplois. Avec cette nouvelle ligne de fabrication de CSR, 40% du contenu de la poubelle grise des ménages - et non celle des recyclables - seront valorisés : les résidus de cartons, de plastiques, les textiles à haut pouvoir calorifique… Tout ce qui ne peut pas être recyclé aura une nouvelle vie en devenant un combustible alternatif. Sur ce site, 60% des tonnages entrants sont triés grâce à une véritable prouesse technique qui combine différentes technologies. Pour que ce projet soit encore plus durable, les usages de ce CSR seront progressivement relocalisés. 
Ce projet illustre la mission de Veolia : inventer une écologie des solutions. C’est un modèle à répliquer et j'espère que le Sytrad inspirera de très nombreuses collectivités en France. 

Estelle Brachlianoff, directrice générale adjointe en charge des Opérations de Veolia.

 

La fabrication des CSR à Beauregard-Baret

Les CSR qui sont produits sur le centre de Beauregard-Baret sont issus des refus de tri à haut pouvoir calorifique provenant de deux usines de valorisation d'ordures ménagères résiduelles de la Drôme : Étoile-sur-Rhône et Saint-Barthélemy-de-Vals. Veolia, au travers de sa filiale Valomsy, y sépare pour les valoriser les différents déchets contenus dans les poubelles d’ordures ménagères résiduelles. Ces déchets combustibles, essentiellement des plastiques non recyclables, sont récupérés pour être transformés en CSR. Ils représentent 90 kg/hab/an. 
 

Le site en chiffres :

  • Sur 100 tonnes de déchets entrants, la chaîne de tri de Beauregard-Baret extrait 5 tonnes de métaux, 25 tonnes de refus et produit 70 tonnes de CSR. 

  • La capacité de traitement du site est de 55 000 tonnes/an de déchets. Sa capacité de production d’environ 39 000 tonnes de CSR de qualité « chaufferie » et 26 000 tonnes de qualité « cimenterie ».

 

Calendrier et enjeux du projet

  • Jusqu’en 2023 : Valomsy fournira en CSR les cimentiers en attendant la création de chaufferies dédiées. 

  • A partir de 2024 : le CSR alimentera la chaufferie de la soudière Solvay à Dombasle-sur-Meurthe (région Grand Est) pour remplacer l’unité actuelle qui consomme 300 000 tonnes de charbon par an. Par la suite, le CSR alimentera en énergie des entreprises locales.

 Après sa forte hausse en 2021, la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) applicable à l'enfouissement des déchets le rend dissuasif économiquement. C'est pourquoi la production de CSR sur le territoire du Sytrad permet de maintenir le coût de traitement des ordures ménagères résiduelles au niveau de 2016. Et en résolvant la problématique d’enfouissement des déchets, les CSR constituent un gisement local d’énergie dont le coût reste stable pour les industriels.

Qu’est-ce qu’un CSR ?

 Les CSR sont des déchets non dangereux composés principalement de plastiques non recyclables préparés pour une valorisation énergétique vertueuse. Parmi les matières qui les composent, on trouve des textiles, du polystyrène, des papiers/cartons, des pneumatiques, des plastiques durs et souples ou encore des déchets de bois non dangereux (classe B).

Process du site Beauregard-Baret

 Au début du process de fabrication du CSR, un tambour de criblage extrait les éléments d'une taille inférieure à 30 mm. Ceux supérieurs à 90 mm sont orientés vers un broyeur qui permet d’introduire d'autres déchets : encombrants, déchets d’activités économiques, etc. Les métaux sont séparés de manière magnétique et un tri aéraulique par jet d'air sépare les éléments lourds incombustibles. Deux trieurs optiques extraient les déchets chlorés comme le PVC qui corrode les chaudières. Puis un courant de Foucault extrait les métaux non ferreux qui ne sont pas captés par les aimants. Enfin un sécheur de 30 m de long et un granulateur finalisent le combustible avant qu’il ne soit envoyé dans les chaudières. 


Pour en savoir plus

PDF
Dossier de presse : Inauguration de la plateforme de préparation de CSR de Beauregard-Baret (8.16 Mo)

Accompagner la demande en énergie renouvelable